The city under the city, L’Orange & Stik Figa (Mello Music Group)

Il arrive que des œuvres nous laissent sans voix. L’un des deniers projets en date du label Mello Music Group, The City Under The City ; associait l’inspiration de L’Orange et l’obscurité de Stik Figa pour un essai radicalement singulier.

Unique, onirique, troublant, terriblement frustrant. L’impression que l’énigme ne sera jamais résolue. Pourquoi ?

Parce que la production de L’Orange vous a divinement manipulée.

On y retrouve cette esthétique propre à L’Orange, des influences rétro, un jazz d’avant les années 50, le tout accompagné de nombreux extraits radios. Une atmosphère entrevue sur ses deux derniers projets majeurs en date. Le premier opus, Old Soul rendait un vibrant hommage à Billie Holiday ; l’une de ses principales inspirations. Le second, The Mad Writer indiquait clairement la ligne musicale de ses compositions.

Un son clair et obscur. Des mélodies teintées de noir, de passages lugubres et inquiétants. L’omniprésence d’énigmes pour l’auditeur. La musique atteint son paroxysme, s’estompe, et s’exécute de nouveau.

Un assemblage précis et intelligent, si bien que l’on plonge dans chaque morceau avec la curiosité d’un nouveau venu.

La signature Stik Figa est l’une des réussites de cet album. Une griffe semblable à son premier album As Himself ; ou le mc originaire du Kansas imposa au monde toute sa virtuosité. C’est avec calme, cynisme et une facilité naturelle à jouer sur les mots qu’il s’interprète sur chacune des productions de L’Orange.

Un jeu qui colle parfaitement à la noirceur de la pièce.

L’ambiance trouble et vague du projet s’en trouve renforcée. La touche du Mc apporte profondeur et blues à cet album.

D’autres membres issus du label Mello Music Group participent à l’expérience. Yu démontre toute sa classe sur « Among Thieves » et Has-Lo tient largement la comparaison sur « Stone Like Me ». 7evenThirty s’exécute à merveille sur « One of Them ».

Sur « Before Midnight » Rapsody s’affirme avec force. Dj Iron à la manœuvre sur «We were Heroes » apporte un tout autre style à la production.

A l’occasion de « Decorated Silence », Open Mike Eagle et MindsOne nous offrent une performance tout en lyrisme.

Ces ajouts enrichissent les différents actes de cette pièce. Les artistes chevauchent les productions, jouant avec brio sur la narration.

Les seules pistes instrumentales « The Wind Picked Us Up », «Dopamine» et « Bravo Bravado » sont de véritable chef-d’œuvre de composition et de sampling. Illustrant parfaitement le talent et la vision de L’Orange.

Une grande harmonie se dégage de la composition : chaque acte apportant son lot de contrastes, de surprises et rebondissements.

Un album poétique et intrigant, pour une pièce qui nous aura au final manipulée. Une divine comédie. Celle qu’on ne peut reproduire. Conceptuelle et déconstruite.

Be first to comment