Classique du rap français : L’invincible armada

Fût une époque, j’écoutais du rap français. J’écoutais que ça d’ailleurs. Les beats étaient lourds, les flows travaillés (et pas pompés sur le dernier rappeur à la mode) et les textes avaient du sens. Sans compter qu’on sentait que les mecs aimaient le Hip-Hop, pour de vrai hein… De cette époque, on ressort souvent: Assassin, NTM, I AM, La clique secteur Ä et autres classiques reconnus à juste titre. Mais il existe aussi des classiques, connus que par les vrais diggers. Etonnamment, malgré une qualité indéniable, certains disques n’ont jamais eu de reconnaissance grand publique. Aujourd’hui on prend la mer avec l’invincible armada.

A l’époque tout était underground, rien de choquant donc, mais à une époque où les bobos ont décidé de se mettre au rap et veulent tous leurs petits classique rap français en vinyl, c’est étonnant de ne pas entendre parler de L’invincible armada… Enfin non, c’est pas si étonnant au fond, tous les nouveaux venus dans le peu-ra qui approchent de la trentaine, n’ont en général aucune culture Hip-Hop.

Alors pour les pti jeunes qui nous suivent, j’me suis dis qu’il fallait qu’ils aient connaissance d’une des meilleures compilations du Hip-Hop français. Car les mecs de 20 ans de nos jours veulent du rap de qualité, en voici une base importante.

Aux manettes de cette invincible ArmadaMysta D, de D Abuz System  qui nous délivrent une fois de plus, que des beats lourds. Un rappeur et beatmaker extrêmement talentueux, qui nous a réuni tout le gratin du rap français sur un seul disque (à l’époque, tout le monde se côtoyait, et les wacks n’avaient pas de droit à la parole). On parle d’une époque où chaque morceau de Rohff te mettait une claque… Tu m’crois pas? check…

ça fait du bien nan? Ben c’est pas fini, dessus on pouvait y retrouver Rockin’ Squat, Princess Anies, Oxmo Puccino, 113, Abuz, Zoxea, Cassidy, que des tueurs, et d’autres encore… Et que des putains de titres. Le genre de sons que les graffeurs s’écoutaient en caisse en soirée avant leurs sessions… ça date de 1997, 17 ans… En fait,

Sorti sous le label Da System Production, on pouvait trouver ce genre de rimes:  « Le Hip-Hop d’aujourd’hui moi j’lui chie dedans/les soirées chées-bran/les gars qui mettent tout leur argent dans des fausses dents ». Ce genre de rimes, un an avant (selon moi et d’autres gens, notamment Q Tip qui n’a pas hésité à dire que le Hip-Hop était mort en 1998) le début de la baisse qualitative du Hip-Hop (qui s’est reprit en mains entre temps, soulignons-le). Bref un texte, qui déjà à l’époque, en avait marre de tous ces connards qui s’infiltraient dans le Hip-Hop alors qu’ils n’y ont pas leur place. Mais c’est un autre débat, parlons son.

1997, encore une bombe dans ta tête! Le texte de Squat sur l’invincible armada est anti-wack, anti-personnage créé de toute pièce, met en avant l’éducation en gardant une vision straight Hip-Hop, et comme d’habitude, anti-raciste. Delta nique tout avec son couplet propre à ce qu’il avait l’habitude de nous faire, et une fois de plus on pourra admirer la technique de Abuz.

Quant à Oxmo, il nous un sort un texte fictionnel, registre dans lequel il excelle… 

Bref, c’était une belle époque, sans rappeurs du 16ième ni auditeurs qui se masturbent sur n’importe quel nouveau venu sous prétexte qu’il est provocateur ou alternatif (mais ça ne change pas le fait qu’il soit mauvais au mic… Mais bon, s’ils existent, c’est que des gens écoutent… En même temps, « les chti à Hollywood » aussi ça existe…). Une époque où les faux existaient déjà, mais dont la population était faible… Heureusement qu’il nous reste les disques et quelques vrais rappeurs tout de même !

Be first to comment